Réponse à Richard Martineau » Le blog à Steve | Bloguez.com ♥ Blog

 Réponse à Richard Martineau

2/2/2009

Bonjour M. Martineau! Je vais commencer raide en vous disant que jene vous aime pas, mais alors là pas du tout! cependant, je vous respectais entant qu'homme, car vous avez une opinion et que vous assumez les conséquencesde ce que vous pensez. Cependant, en écoutant Tout le monde en parle hier, lerespect que j'avais pour vous a disparu en l'espace de 2 heures et demie.

 

Il est de mon devoir de citoyen de dire à quelqu'un qui a un pouvoir incroyable(devoir qu'il ne mérite pas) qu'il dépasse les bornes. Je lis vos chroniquesune fois de temps à autre, car j'ai un bon ami qui vous aimait bien et qui medisait quand vous aviez fait un bon article. Alors, je lisais cet article et jepouvais pas la suite le confronter sur vos idées. Vous savez... le métier dejournaliste (pigiste dans votre cas) est un peu un métier « deDieu », dans le sens où il y a des gens qui ne sont pas capables de sefaire une opinion par eux-mêmes, alors ils boivent ce que vous dites! Il ya des gens qui vont croire tout ce qui sort de vos chroniques, car il est plusfacile de croire quelqu'un qui utilise le populisme dans ceschroniques, que de se renseigner à la source.

 

Lorsque vous continuez d'écrire vos chroniques malgré unlock-out, vous perdez une partie de mon respect, car il est évident que vousfaites en sorte que le conflit soit plus long. Les cadres du Journal deMontréal ne seront pas capables de faire le travail fait par plus de 250 employés,ils ne seraient pas capables de le faire longtemps. Raynald Leblanc a raisonlorsqu'il dit que vous leur coûtez moins cher et c'est la raison pour laquelleil y a tant de pigistes. Les cadres emploient plusieurs pigistes, car ilscoûtent moins cher, tout simplement!

 

Vous avez perdu le deuxième tiers de mon respect lorsque vous avezdit que d'ici la fin du conflit, vous espérez que les syndiqués allaientarrêter de vous traiter de SCAB! À aucun moment Raynald Leblanc ne vous atraité de SCAB... il ne l'a pas fait! Cependant, il a dit, de façon indirecte,que vous n'êtes pas solidaire aux employés du Journal de Montréal... etsérieusement... qui peut en douter?

 

— Votre argument était d'un ridicule absolu... dire que si lejournal vous mettait à la porte, le syndicat ne ferait rien pour vousaider...Écoutez-moi bien M. Martineau... un syndicat ne peut pas vous aider sivous n'êtes pas syndiqué, car vous n'êtes pas protégé par une conventioncollective.

 

— Un autre moment qui m’a dérangé est lorsque vous avez dit queleurs semaines de vacances payées à temps et demie étaient des gains faits etque c'était tant mieux pour eux. WOW... quelle belle preuve d'un ridiculeabsolu!!! Vous avez apporté un argument qui aurait pu faire en sorte queMonsieur et Madame tout le monde auraient pu croire sur parolevos dires pour ensuite croire que les employés du Journal sont grasdurs. Cependant, Raynald Leblanc vous a répondu la vérité... cet avantagequ'ils ont lors de leurs semaines de vacances est le résultat d'un montantd'argent enlevé sur les paies des employés, donc cela n’est pas un avantagemonétaire, puisque c’est leur argent qui leur est redonné.

Pour ce qui est du conflit au Journal de Montréal, je vaism’arrêter ici. Cependant, je vais vous avouer que vos interventions lors del’entrevue de Jean-François Mercier étaient déplacées et totalementfrustrantes. Vous vous êtes montré comme étant le défenseur de Nathalie Simardet Denis Lévesque.  Je me dois de vousdonner un point, le « sketch » sur Mme Simard et celui sur MonsieurLévesque étaient de mauvais goût. Cependant, je crois que vous êtes extrêmementmal placé pour faire la morale à qui que ce soit pour ce qui est d’entacher desréputations. Non mais soyons franc, s’il y a quelqu’un qui entache desréputations, c’est bien vous! Je discute avec des gens (collègues étudiants oucollègues au travail, en plus d’un de mes meilleurs amis) qui me parlent de voschroniques et qui boivent vraiment vos paroles comme si c’était une bièrefroide en pleine canicule. Lorsque, dans vos chroniques, vous ridiculisez desdécisions politiques ou lorsque vous parlez de quelqu’un en disant des chosesassez poussées, vous êtes en train de faire entrer dans la tête des gens vosidées et vos critiques. Y a-t-il vraiment une différence entre faire un numérosur quelqu’un et faire une blague (de mauvais goût soit) et démolir quelqu’undans vos chroniques? C’est discutable, mais mon avis est que non! Vous êtes unhomme ordinaire qui a des idées discutables. Lorsque je parle de vos à ma copine,à mes amis, à mes collègues et aux autres personnes de mon entourage, je faiscomme vous, je leur fais part de mes opinions par rapport à vous (à vos idéesplus qu’à vous, puisque je ne vous connais pas vraiment).

Alors, lorsque vous attaquiez Jean-François Mercier et tous lesgens impliqués dans le Bye Bye, vous avez fait preuve d’hypocrisie et pourcela, vous avez perdu le dernier tiers de respect que j’avais pour vous!L’important est cependant que vous soyez capable de bien vivre avec vosdécisions!

Bonne semaine à vous quand même!

Category : Politique | Write a comment | Print

Comments

jean-pierre, le 20-10-2009 à 22:25:03 :

jalousie

je suis entierement dacords avec mme jutras vous avez renforcie cette jalousie a la fin de votre emission du 13 oct avec encore des remarques desobligeante evers M guy laliberte meme si vous comble des vides en travaillant a rabais il nest pas necessaire den vouloir a ceux qui reusisse et qui contrairement a vous passerons a lhistoire attention a la loi du retour m martineau meme si vous ny croye pas elle nous revient en plein visage un jours ou l autre,,,mon opinion sur vous m martineau est que vous n etes en fait qu'un comment dirais je jessaie de trouver la bonne definition ou le bon terme pas facile,,, ha oui en voila un qui vous vas a ravir "un phone baloone!!!"

 

desolez pour les fautes je suis autodidacte et javais pas le gout dactive le corecteur dortographe

cordialement et continuez vous nous amusez!

 

jean-pierre

Martine Jutras, le 04-06-2009 à 19:20:38 :

jalousie

J'ai l'impression qu'au Québec, quand quelqu'un utilise un chemin différent des autres et qu'il réussit. C'est difficile à prendre. Ne seriez-vous pas un peu jaloux en ce qui concerne M. Guy Laliberté M. Martineau ?

| Contact author |